Réflexions d'une jeune fille engagée

Pourquoi une opposition au « mariage pour tous »

RLogo_manif_pour_tous-48446

  1. La notion de « mariage »  pour « tous » : hypocrisie du terme et danger de l’égalité

Le terme « mariage » est un terme chargé culturellement, historiquement et religieusement. Il englobe un certain nombre de traditions que nous avons hérités de par notre Histoire et nos valeurs.

Or, il ne s’agit ici non pas d’une ouverture au mariage, dont le caractère «sacré» est tout simplement repoussé par les homosexuels, mais d’une transformation de ses fondements, une mutation, une substitution. En réalité, par la notion de « mariage » pour tous, on supprime sciemment une institution aux fondements traditionnels sur lesquels s’est construite la société française depuis des siècles au profit d’une nouvelle institution sans racines.

En outre, la notion « pour tous », qui de par son essence tend à imposer une égalité auquel l’ensemble de la société doit avoir, souligne cependant une certaine incohérence : de par l’expression, le mariage devrait être un droit dont l’ensemble des français devrait jouir. On estime que dès lors que des individus s’aiment, on doit leur accorder le droit de se marier. Pourquoi donc refuser ce droit aux couples à trois ? Pourquoi refuser la polygamie? Et nous pourrions aller plus loin dans le raisonnement !

A lire : http://stoppons-hollande.olympe.in/la-polygamie-cest-maintenant/

Pourquoi donc je le répète refuser ce droit qui pourtant devrait être accessible «pour tous»? Car le mariage est considéré, dans leur logique, comme la reconnaissance publique des sentiments ! Or ce n’est pas le cas !

Mais il s’agit surtout du terme « pour tous » qui au-delà de certains points très important, touche au principe d’égalité, de « justice sociale ».

Alors que notre cher Tocqueville nous mettait en garde contre la tyrannie de la majorité, nous devons faire face aujourd’hui à la tyrannie de la minorité qui sous un prétexte d’égalité impose sa loi au collectif.

Car il s’agit réellement d’une minorité : des homosexuels eux-mêmes sont opposés à la loi. Ainsi, si la loi a été votée nous devons remercier l’influence croissante des associations gay telles que la LGBT et l’AGL.

Lettre adressée au Président : « Je suis homo et contre le mariage gay » : 

MARIAGE HOMO. En tant qu’homosexuel, depuis le début de mon engagement, je ne me bats pas pour un parti politique, qu’il soit de droite ou de gauche, encore moins pour une communauté.

Je hais le communautarisme, je me bats en mon âme et conscience pour que chaque enfant ait un père et une mère. Je me bats en tant que citoyen sur une question de société et qui s’étonne de voir en première ligne des élus certes de la République, mais d’extrême droite, comme Gilbert Collard dont la présence à la Manif pour tous aux côtés de Frigide Barjot et Christine Boutin a été très remarquée.

Si j’avais été hétérosexuel, je me serais battu tout autant aux côtés de La Manif pour tous ; c’est-à-dire du côté de la raison !

Mon engagement n’a rien à voir avec mon orientation sexuelle.

Cette loi n’est pas un progrès de civilisation

Je me suis engagé parce que si l’on a un minimum de compassion, et j’utilise ce terme à bon escient, pour l’être humain, on ne peut pas décemment accepter de priver un enfant de ses repères sociétaux.

Je me suis engagé parce que, si dans vingt ans, je croise un jeune homme ou une jeune femme issus d’un couple de même sexe, je ne veux pas qu’il ou qu’elle m’accuse de lui avoir ôté la possibilité d’avoir un père et une mère comme tout enfant, qu’il soit issu de parents divorcés, recomposés ou unis, mais un père et une mère !

Je me suis engagé parce que mon manque d’enfant ne doit pas avoir pour conséquence de priver un enfant de l’affection d’une mère.

Je me suis engagé parce que je ne veux pas, parce que je suis un être responsable, répondre un jour à mon enfant qui me demandera qui est sa mère, que celle-ci n’a pas d’autre identité qu’un numéro de talon de mon carnet de chèque.

Je me suis engagé parce que donner la possibilité à des personnes de même sexe d’avoir un enfant ne doit pas être la volonté d’une poignée de militants gays de vouloir créer volontairement des orphelins de père ou de mère, ce qui n’est en rien un progrès de civilisation.

Je me suis engagé parce que, depuis des mois, je sais, nous savons tous, que la loi Taubira est l’arbre qui cache la forêt de la PMA et de la GPA.

Je me suis engagé parce que cette loi n’est en réalité réclamée en rien par les homosexuels.

Je ne veux pas être responsable de ce génocide sociétal

Les bonnes âmes, et elles ne manqueront pas, relayées par les médias-complices de ce futur génocide sociétal, nous dirons que nous avons perdu… mais ce n’est pas nous qui avons perdu.

C’est la démocratie qui a perdu, lorsqu’il y a déni des plus hautes instances de la nation sur les chiffres réels du peuple qui descend dans la rue. C’est la démocratie qui a perdu, lorsqu’il y a déni des plus hautes instances de la nation lorsqu’on dépose 700.000 signatures dans la troisième assemblée de France et qu’elles restent sans réponse.

C’est la démocratie qui a perdu, lorsqu’il y a déni des plus hautes instances de la nation sur ce que souhaitent réellement les Français et leurs représentants, en faisant voter à mains levées les sénateurs ou en présentant à la hâte à l’Assemblée nationale la loi Taubira en deuxième lecture sous prétexte fallacieux de préserver la paix sociale.

C’est l’enfant qui a perdu, en le privant sciemment de père ou de mère. C’est l’enfant qui a perdu, en lui confisquant son droit à une légitime filiation. C’est l’enfant qui a perdu, en privant sa descendance de tout repère. C’est l’enfant qui a perdu, en le privant de son égalité vis-à-vis des autres enfants reconnus d’un père et d’une mère.

Ce sont les prétendants à l’adoption qui ont perdu. Pour eux, il était déjà très difficile de pouvoir adopter un enfant. Désormais cela leur sera impossible. Les pays fermants un à un les portes de l’adoption.

Ce sont les homosexuels qui ont perdu. Cette loi, et je dis bien cette loi, pas ceux qui descendent dans la rue pour la combattre, à créé de l’homophobie. Chaque jour, les faits-divers malheureusement le démontrent. Ce sont les homosexuels qui ont perdu, en nous faisant croire que nous sommes différents en droits.

Oui, en son temps, une loi pour reconnaître l’homosexualité était nécessaire. Oui, en son temps, une loi pour combattre l’homophobie était nécessaire. Non, aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de revêtir une robe de mariée pour avoir les mêmes droits que tout un chacun. L’amélioration du PACS était nécessaire. Des textes de loi nous donnant les mêmes avantages en matière de santé, de logement, de retraites étaient nécessaires. Pas cette manipulation législative par un groupuscule communautariste.

Le désir d’enfant, et je le sais, est une réalité sincère et douloureuse, mais nous homosexuels, nous n’avons pas à demander, pour autant, à la société de bricoler quelque chose pour transformer cette réalité-là.

La femme et l’enfant ne sont pas des marchandises

Nous citoyens, hommes et femmes de raisons, nous avons levé des consciences, nous avons dit haut et fort que la femme n’est pas une marchandise.

Nous citoyens, hommes et femmes de raisons, nous voulons poursuivre le combat en faveur de l’Homme. L’enfant tout comme la femme n’est pas une marchandise, pas plus que l’embryon et son exploitation honteuse et avalisée par les mêmes gouvernants.

Nous citoyens, hommes et femmes de raisons, que nous soyons homosexuels ou hétérosexuels poursuivons et poursuivrons notre droit chemin. Le sujet n’est pas notre sexualité, mais celui d’êtres humains responsables qui veulent laisser derrière eux une planète où l’Homme avec un grand « H » ne devient pas une valeur marchande comme le souhaite Pierre Bergé en disant : « Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? »

La gauche, pour ceux qui en doutaient encore, n’a plus, depuis longtemps, le monopole du cœur. Il est quand même effarant que ce soit sous leur quinquennat que soit instituée l’exploitation de l’homme par l’homme. Comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, la GPA va créer une importante discrimination d’ordre social en spoliant de leur intégrité physique les femmes les plus défavorisées culturellement et financièrement.

Monsieur le président de la République, vous qui avez accepté de nous recevoir il y a quelques mois(lire mon témoignage), le soir de votre élection, le 6 mai, à Tulle, vous avez demandé, je vous cite, « À être jugé sur deux engagements majeurs : la justice et la jeunesse« .

Si vous voulez respecter un engagement, respectez alors celui-là. Soyez réellement le président de la justice et de la jeunesse. Justice pour tout enfant à avoir droit à une filiation. Et donnez la chance à la jeunesse à venir d’avoir une boussole dans une société assez chamboulée pour ne pas en rajouter davantage.

Monsieur le président de la République on vous le demande au nom des générations à venir et dans l’intérêt moral de notre nation, ne promulguez pas cette loi ! 

                                    Sourcehttp://leplus.nouvelobs.com

A regarder : Hervé, homosexuel, opposé au mariage gay

Champs lexical de l’amour (et tant d’autres niaiseries) : justice et égalité.

La « justice », cette institution du « bien », cette exigence d’égalité : ce mot est présent dans toutes les bouches. Mais qu’est-ce que la justice ? Qu’est-ce qu’être juste ? Qu’est-ce qu’une égalité juste ? Et une égalité est-elle forcément juste ?

Il s’agit ici d’un réel questionnement philosophique qui, depuis Aristote et Platon, a fait son chemin.

La justice exige que les hommes soient égaux en droit, et c’est de ce principe là que se revendique les défenseurs du « mariage pour tous ». Est exigé une loi juste, qui doit accorder le droit à une égale reconnaissance.

Les réflexions de Pascal nous apprennent  que les lois n’ont pas à être justes mais doivent garantir une certaine paix sociale. Or cette dite loi accordant le mariage aux personnes de même sexe, et leur accordant en toute fin l’adoption, ne garantie pas la paix sociale mais le désordre : désordre au sein de la famille, désordre au sein de la société, désordre au sein de l’univers de l’enfant.

A ceux qui nous désigne comme des personnes qui maintiennent les injustices, répondez-leur qu’« il vaut mieux une injustice qu’un désordre » (Goethe).

Au nom de cette chère justice, nous devons tolérer cette inégalité de droit car elle est au profit des plus vulnérables : les enfants. (John Rawls disait bien qu’au nom de la justice il fallait tolérer des inégalités de droit, à conditions que ces inégalités soient au profit des moins favorisés.)

                2. Mariage pour tous et adoption

Curiosités et autres mensonges : selon l’AGL il est nécessaire d’aboutir à une loi car 300 000 enfants seraient concernés en France. Bizarre, l’INED (Institut National des Etudes Démographiques) estime le nombre d’enfants concernés entre 30 000 et 40 000.

Les (lobbys)associations LGBT et AGL revendiquent un « droit à l’enfant »,  point culminant de l’horrifiante loi qui n’est que la minuscule étape qui mène à l’adoption et la GPA. Il s’agit surtout d’un souhait propre à notre société de consommation, individualiste et capricieuse : je veux ceci ou cela, donc je ne vois pas pourquoi je n’y aurais pas droit.

Or l’enfant n’est pas un objet que l’on commande comme cadeau de Noël pour satisfaire notre besoin d’amour. Un enfant n’est pas là pour combler les désirs de ces parents : « L’adoption consiste fondamentalement à donner des parents à des enfants qui en sont dépourvus et non l’inverse », Grand Rabbin de France.Il n’y a pas droit «  à » l’enfant mais droits « de » l’enfant : celui d’avoir un père et une mère, celui de se développer dans une sphère familiale stable.

Car cette loi va s’imposer aux enfants :  » Une loi qui priverait les enfants du droit fondamental d’avoir un père et une mère reviendrait à imposer à un enfant adopté la loi du couple qui l’adopterait sans égard pour le besoin affectif et éducatif de l’enfant ni pour le couple qui l’a conçu. Ce serait un « abus  de pouvoir » . » Essai de Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : Ce que l’on oublie souvent de dire. 

Le mariage entre personnes de même sexe fragiliserait l’adoption internationale

Je renvoie ici à l’essai intégral du Grand Rabbin de France qui pousse plus loin le raisonnement en soulignant un point important. En effet, de nombreux pays étrangers refusent que les enfants soient adoptés dans des pays ayant reconnu le « mariage pour tous ». Ainsi, « S’il y avait une légalisation en France, un grand nombre de pays interrompraient l’adoption internationale vers notre pays, ce qui diminuerait considérablement les possibilités d’adoption pour les familles françaises. »

A consulter :

http://fr.scribd.com/doc/110325519/Mariage-homosexuel-homoparentalite-et-adoption-Ce-que-l-on-oublie-souvent-de-dire-Essai-de-Gilles-Bernheim-Grand-Rabbin-de-France?secret_password=b1r327lgd8921m11ryj

 
 
Publicités

Un commentaire sur “Pourquoi une opposition au « mariage pour tous »

  1. Marouchka
    3 mai 2013

    « L’égalité complète, qui présuppose la soumission complète, reproduirait la plus dure servitude; elle ferait de l’individu humain une bête de somme, soumise à l’action qui la contraindrait, et obligée de marcher sans fin dans le même sentier » François-René de Chateaubriand

Exprimez-vous en postant un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Inspiration musicale

Evasion poétique

Espérance française

Discussions animées

%d blogueurs aiment cette page :