Réflexions d'une jeune fille engagée

Lettre ouverte à Frigide Barjot

frigide-barjot-s-oppose-au-mariage-pour-tous

  » Madame Barjot,

            Je viens de prendre connaissance de votre réaction à la mort de Dominique Venner qui s’est suicidé cet après-midi devant l’autel de Notre-Dame-de-Paris, le qualifiant de « dérangé », de « raciste » et d’homme qui n’a « rien compris aux évolutions de la société », et je tenais à vous faire part de mon indignation. La famille et les proches de Dominique Venner se seraient sans doute passés de vos condoléances pour le moins factices si c’était pour les assortir de tels jugements.

            Je suis bien loin de partager toutes les opinions qu’a pu émettre Dominique Venner durant sa longue carrière d’historien, d’essayiste et de militant. Si nous sommes unis par un combat politique inspiré par l’amour et la défense de notre patrie et de notre civilisation, nos options n’étaient pas forcément les mêmes, et son geste, pour noble et courageux qu’il soit, n’en heurte pas moins ma sensibilité à la fois spirituelle et politique, laquelle tourne toujours mon regard en direction de la Vie.

            Il n’en reste pas moins, Madame, que vous êtes la dernière personne autorisée à juger de la santé mentale et de l’intelligence politique d’un homme qui, en ces deux domaines, se trouvait indéniablement plus favorisé que vous. Chacun porte ses convictions comme sa conscience le lui dicte. Vous le faites, en prenant arbitrairement la tête d’un formidable mouvement de contestation que vos attitudes, votre passé, vos réseaux et même votre pseudonyme ridicule contribuent hélas à discréditer. Il l’a fait, lui, en se donnant la mort. Il n’est pas sûr que ce soit votre méthode qui retienne le respect de la postérité.

            Dominique Venner n’était pas un « homme dérangé ». Tourmenté sans doute, jusqu’au-boutiste de toute évidence, mais certainement pas un déséquilibré. Il n’avait jamais dansé à moitié nu dans des cabarets douteux, il n’avait probablement jamais songé à signer ses livres « Dominique Barjot » ni à laisser sa femme s’appeler « Basile de Koch », et il s’est abstenu de jouer comme une mauvaise actrice hystérique dans un film pitoyable. Si de telles idées lui étaient venues à l’esprit, nous aurions effectivement pu parler de « dérangement ». Mais ce n’est pas la dérangée qui les a mise en pratique qui peut se permettre de le faire.

            En 2006, à une époque où Dominique Venner dénonçait de façon remarquable la machine à broyer notre civilisation dans sa « Nouvelle Revue d’Histoire », vous sembliez bien loin de ces préoccupations. Vous préfériez enregistrer une chanson au titre éloquent : « Fais-moi l’amour avec deux doigts ». En terme de combat culturel, vous surpassiez alors tous les écrits de Monsieur Venner, avec vos paroles s’inscrivant dans la lignée de la grande chanson française, celle d’Edith Piaf et de Charles Trénet :

            Fais-moi l’amour avec deux doigts

            Avec trois ça ne rentre pas

            Fais-moi l’amour avec deux doigts

            Avec un seul ça ne le fait pas

            Fais-moi l’amour avec deux doigts

            Repasse par ici, repasse par là

            Fais-moi l’amour avec deux doigts

            Attrape-moi et lâche-toi.

             C’est sans doute ce que vous appelez « comprendre les évolutions de la société ». Ce que je comprends, moi, c’est que Dominique Venner a pu avoir de bonnes raisons pour ne pas se reconnaître dans votre personne et juger utile de laisser aux patriotes sincères un autre symbole que la sinistre parodie que vous nous offrez.

             Alors, Madame Barjot, quand lors de vos prochaines manifestations et autres apparitions publiques vous vous donnerez à nouveau en spectacle, songez que les « deux doigts » que vous réclamiez pour faire l’amour, Dominique Venner s’en est servi pour appuyer sur la gâchette d’un fusil tourné vers lui, et que quoi que l’on pense de son geste, ces deux doigts séparent de la façon la plus définitive le ridicule dans lequel il n’est jamais tombé, et la dignité qui vous restera à jamais inaccessible. « 

Par : Grégory Gennaro

Publicités

3 commentaires sur “Lettre ouverte à Frigide Barjot

  1. Joran
    22 mai 2013

    Que Dieu bénisse Dominique Venneer, quel grand homme j’ai un total respect pour lui. Une âme grande et forte, ce genre d’âmes qui manquent si cruellement dans notre société. C’était la frasque de trop pour la Barjot à mon goût… La manif pour tous, d’accord… mais Civitas avant tout!!

  2. Thibault De Beauharnais
    23 mai 2013

    On constate avec une pointe d’amusement sarcastique, que Frigide Barjot se fourvoie une nouvelle fois de maniere lamentable en entrant dans la spirale bien-pensante, qu’elle affirme pourtant combattre, en qualifiant ici M. Dominique Venner d’homme « raciste » et qui n’a « rien compris aux évolutions de la société ». Ces propos la discrédite amèrement devant de nombreuses personnes qui militent pourtant à ses côtés contre les dérives dangereuses d’une société de plus en plus décadente. Cette même décadence et ce danger qu’à combattu toute sa vie l’éminent homme d’esprit qu’incarna Dominique Venner et qui, par cet ultime geste certes non recommandable, mais pour le moins courageux et audacieux, nous avertit une fois de plus sur les grands dangers societaux français ayant pour origine, du moins la plupart, la précarité du systeme français affaibli de jour en jour par des dérives en tout genres.
    C’est notre mobilisation et une reaction efficace à ce message d’alarme qui glorifiera le sacrifice d’un homme de Valeur et de Valeurs dévoué à sa Patrie, à la société française et sensible à l’avenir de tout un peuple uni par un destin et des valeurs communes.
    C’est donc un combat acharné qui s’engage contre nos dirigeants, ces chers technocrates peu soucieux de l’avenir de notre magnifique et singulière Nation qu’est la France ; cette lutte que de nombreux patriotes mèneront avec pugnacité vers le chemin de la victoire et du renouveau français!
    Alors je suis désolé pour Mme Barjot, moi qui croyais que nous partagions la même vision de l’évolution de la nation, mais ses propos sur Dominique Venner m’ont profondément heurtés et démontrent, une fois de plus et sauf le respect que je lui dois, que son destin ne restera peut être pas inscrit dans celui de notre mère Patrie.

    • juilhard
      23 mai 2013

      cette bourrique ne sait plus quoi faire pour qu’on parle d’elle ! elle est la vulgarité dans toute sa splendeur ! qui se cache derriere cette marionnette ? a une certaine epoque elle nous jouait pas les vierges effarouchées on a pas besoin d’elle pour exprimer nos opinions qu’elle se casse on l’a assez vu

Exprimez-vous en postant un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 mai 2013 par dans Actualité, Faits de société.

Inspiration musicale

Evasion poétique

Espérance française

Discussions animées

%d blogueurs aiment cette page :