Réflexions d'une jeune fille engagée

La Chute du monde

En longeant les longues rues salubres de la ville, tâchées et incrustées des déviances de l’être humain, salies par l’activité incessante de ces corps sans âmes qui déambulent machinalement, j’ai vu la tristesse de ce monde déchu, de ce monde qui n’a plus de sens. De ce monde qui est laid. Mais qu’avons-nous fait ? Nos Eglises et Cathédrales sont sauvagement détruites[1], nos lieux sacrés profanés par d’infâmes putains proclamant une soi-disant liberté d’expression, nos terres souillées à jamais, notre Patrimoine remplacé[2], nos traditions oubliées, notre culture ignorée et refoulée. Nos Patries ont honte d’elles-mêmes, nos pays de leurs Nations, les Nations de leurs pays.

Les Chrétiens n’ont plus de religion que celle de la laïcité et n’osent pas affirmer leurs identités. Mais enfin, quelle image avez-vous de notre religion pour pouvoir accepter qu’elle soit bafouée, ridiculisée et piétinée ? Quel amour portez-vous sur notre Christ pour pouvoir accepter qu’il soit baigné dans de l’urine[3], enfoui par des excréments[4] ? Qui êtes-vous pour pouvoir accepter que l’on ne puisse plus tendre notre Croix, lire notre Sainte Bible et prier dans la rue?  Chrétiens, Catholiques, comment pouvez-vous accepter que l’on vous insulte, que l’on vous tue pour votre religion[5] ? Comment pouvez-vous accepter une loi qui détruit les fondements de notre société et qui ouvre, sournoisement, la porte donnant sur le chemin de la décadence[6] ?

Je suis désespérée de ces français qui n’ont plus de religion que celle de la consommation, consommation des biens[7], mais aussi consommation et culte des corps[8]. Désespérée de ces jeunes qui n’ont plus d’amour propre et de dignité, d’intelligence et de culture[9]. Je suis désespérée d’observer la Chute de ce monde, son autodestruction. Le monde n’a plus que pour religion le plaisir et le matérialisme.

Je suis profondément attristée par cette société dans laquelle je ne me reconnais pas, par cette jeunesse dans laquelle je ne me reconnais plus, par ces adultes qui détruisent notre enfance[10] et s’accordent le droit de décider de notre avenir, attristée par ces médias qui nous oppressent chaque jour et nous embrigadent, par ces ignobles individus qui considèrent les femmes comme un objet de consommation, par ces femmes qui se masculinisent, par ces hommes qui se féminisent, par ces gouvernements corrompues qui nous mentent, attristée par le relativisme dominant.

Je suis attristée de voir que personne ne réagi devant ce monde qui s’écroule.


[1] Combien d’Eglises détruites depuis 20 ans ? Article à lire sur L’Observatoire du Patrimoine Religieux

saint_jacques-23d3c

[2] Chapelle Sainte Christophe transformée en Mosquée à Nantes.

Eglise-1

Laissée à son sort, la Chapelle deviendra une mosquée

Arrahma-Nantes

[3] Piss Christ (1987), Andres Serrano

Piss_Christ_by_Serrano_Andres_(1987)

[4] Pièce de théâtre Sur le concept du visage du fils de Dieu (2011), mise en scène de Romeo Castellucci. Sur scène, portrait du Christ par Antonella da Messina dégoulinant d’encre noire – métaphore, dans le spectacle, de la merde humaine.

romeo_castellucci_94170767_north_320x

[5] « S’ils se détournent, saisissez-les ; tuez-les partout où vous les trouverez. » (Coran 4. 89) ;

Les musulmans tunisiens décapitent un musulman

convertit au Christianisme à voir ICI

Attention, vidéo fortement déconseillée aux personnes sensibles.

 

[6] « Il se marie avec son chien et réclame le droit à la différence » A lire ICI

Zoophilie en Allemagne  

La-zoophilie-toujours-legale-en-Allemagne_w670_h372

[7] Chaque année, les Français gaspillent de 1.2 million à 6 millions de tonnes d’aliments (selon les sources). Cela représente un gaspillage alimentaire de 20 à 100 kilos de nourriture par personne et par an. Ainsi, au minimum 38 kilos de nourriture jetés chaque seconde à la poubelle. (Source : Planetoscope)

2202-grande-distribution-etiquetage

[8] Un recours systématique au corps nu pour attirer l’œil. Relativisme ambiant de la dégradation des corps par l’image…

EteVitPlusFort

[9] Le niveau est bien bas…

les-anges-de-la-telerealite

[10] Deux lesbiennes transforment leur fils adoptif en fille : A voir ICI

25 commentaires sur “La Chute du monde

  1. Jérome
    24 mai 2013

    L’espérance est une des clefs qui permet de lutter contre cette décadence. Ne jamais l’oublier. Tout était perdu pour la France pendant la guerre de cent ans. Les Anglais dominaient, le roi ne contrôlait plus rien. Et enfin, après de longues années, Dieu a fait triomphé le bien pour la France et cela à travers une simple femme, qui n’était qu’une paysanne. Ainsi comme le dit Jean-Marie Le Pen, le bien et l’honneur en France pourraient revenir grâce à une femme et celle-ci pourrait même être vous chère Victoire. Et donc il ne faut en aucun cas désespérer et il faut porter l’Épée de la Vérité et châtier le vice et le mal.

  2. Pingback: La Chute du monde | Itinerarium

  3. Le Blan
    25 mai 2013

    Je pensais comme vous , mais les manifs pour tous comme le courage des  » veilleurs  » me redonnent espoir , la France n’ est pas aussi morte qu’ on le redoutais!!!

    • Oui, et méditons ces paroles qui nous donnent du courage et de la force :

      Lettre de Saint Paul aux Ephésiens, Eph 6, 10-17

      « 10 Enfin, puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.

      11 Revêtez l’équipement de Dieu pour le combat, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du démon.

      12 Car nous ne luttons pas contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres qui dominent le monde, les esprits du mal qui sont au-dessus de nous.

      13 Pour cela, prenez l’équipement de Dieu pour le combat ; ainsi, quand viendra le jour du malheur, vous pourrez tout mettre en oeuvre pour résister et tenir debout.

      14 Tenez donc, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,

      15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,

      16 et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’arrêter toutes les flèches enflammées du Mauvais.

      17 Prenez le casque du salut et l’épée de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu. »

  4. Létin
    25 mai 2013

    Face à la déliquescence omniprésente en Occident, des jeunes se lèvent, de plus en plus nombreux. Mais, haut les coeurs, nous reprendrons nos « terres », comme Aymery coté par Hugo :

    Je suis pauvre autant qu’un pauvre moine,
    J’ai vingt ans, je n’ai point de paille et point d’avoine…
    Mais tout le grand ciel bleu n’emplirait pas mon coeur.
    J’entrerai dans Narbonne et je suis vainqueur.
    Après, je châtierai les railleurs, s’il en reste…
    Le lendemain Aymery prit la ville.

  5. Chantal
    25 mai 2013

    Satan est en action depuis des lustres, une partie de l’humanité ne croit pas en lui ou veut l’ignorer, le monde est dans le chaos, « mais quoiqu’il arrive, l’espérance est en Dieu le Tout-Puissant, IL est le plus fort ».

  6. sonia
    26 mai 2013

    Bonjour Victoire
    L’autre jour, j’entends une de mes filles inciter sa soeur à faire une chose qui la répulsait en disant : » allez, fais le, pour la France! »
    Ce sont des adolescentes, et j’ai eu cette intuition que c’est comme cela que la France sera sauver avec de plus en plus d’enfants et de jeunes qui à tout instant sauront faire des sacrifices « pour la France », alors que le monde est tellement à l’opposé de l’esprit de sacrifice.
    C’est peut-être aussi cela notre sacrifice : accepter la souffrance de voir la France s’en aller sans verser dans la haine et le découragement, et travailler inlassablement à forcer la porte du ciel par la prière et le sacrifice.
    Ce qui n’empêche pas l’action, bien évidemment!
    « bataillons et Dieu donnera la victoire! »

    • Bonjour Sonia,

      Sachez que ma consternation face à ce monde qui s’auto-détruit n’annihile pas ma volonté d’agir. Oui, l’ensemble des points que j’ai évoqué dans cet article (il y a en a d’autres) me désespèrent. Je suis désespérée du monde des êtres humains, de ce qu’ils ont crées et sont capables de faire. Mais soyez sur que je ne suis pas désespérée au point d’abandonner et de ne pas me battre. Non, je suis bien déterminée à continuer ma route « Pour la France ». Je ne suis pas découragée non, je suis révoltée. Et cette révolte me pousse à élever ma voix. Et même si cela engage des sacrifices, car je suis de même encore jeune (adolescente si on peut dire), je suis prête, car dorénavant, je ne pourrais plus vivre en sachant que je ne suis pas battu pour la France et ses traditions!
      Je ne m’engage pas dans le chemin de la haine, je cherche à rétablir la vérité. Et vous vous trompez, nous ne devons pas accepter! Nous ne devons pas accepter de voir la France s’en aller! Et ne pas accepter n’est pas se diriger sur le chemin de la haine, c’est se diriger sur le chemin de l’espérance!
      N’acceptons pas, et combattons pour Notre belle France.

  7. Très bonne découverte en lisant votre blog.
    J’ai quelques amis et moi même parlant aussi de la décadence de notre société, je vous invite à y faire un tour (même si nous restons assez distants de l’aspect religieux) mais il est pour l’instant en cours d’amélioration.
    Je vous envoie le mien, le lien de notre blog coopératif est dans le bandeau de présentation.

    http://personanongrata-crbs.blogspot.fr/?zx=a82fdad40990026

    Bonne continuation.

  8. Pierre
    17 juin 2013

    Bonjour Bonjour gentes demoiselles et gironds mignons.

    Il semble que je sois le premier trublion à venir encrasser votre belle mécanique. Pourtant, qu’elle était belle la Victoire, en chantant, nous ouvrant la barrière d’un avenir heureux, où le blanc mangerait enfin le bleu et le rouge, qui depuis trop longtemps le lèsent et l’étouffe, sous prétexte de l’étoffer.
    Entachée de frappantes fautes de syntaxe, d’autant plus laide qu’est belle la prose enflammée de notre virginale sauveuse (nul n’est parfait), la belle plume se perd malheureusement dans une facilité grossière. Et oui, mes aïeux, quelle déception:

    J’arguais naguère à notre révoltée, sur sa page sociale, qu’elle faisait preuve d’assez peu de réflexion, contrairement à ce qu’elle annonçait, et qu’il s’agissait plus d’une grande salade des réflexions d’autrui que d’un réel travail réflexif. Je me fis répondre que ce n’était qu’une vitrine au présent ouvrage numérique, et qu’il ne fallait pas s’y fier. Curieux, voilà que je me penche, tel les trois grâces à moi tout seul, sur le berceau de notre mignonne enragée. Et là, horreur. Des jeunes gens d’extrême droite, il en est. De jeunes catholiques, il en est également. Mais l’intelligence, dans ces groupes comme partout, manque toujours. Oh, ils font bien illusion, il faut voir qu’ils sont bien éduqués, mieux éduqués. Ils ont lu des livres, plus que la moyenne, ils comprennent le latin, les mystère de la foi, la transsubstantiation, et la trinité ne fait pas obstacle à leur monothéisme (du moins, je l’espère. Si toute fois, vous avez des doutes, je suis prêt à vous évangéliser pas cher, à « la catéchèse percée » sur demande et sur rendez vous). Mais toujours rien de réfléchi. Même pas un peu d’Alain Soral pour faire croire qu’on pense, non: juste des angoisse adolescentes (bien tournées je le reconnais) qui ressassent les plus bas, les plus mauvais, les plus vils arguments de votre genre, de votre espèce.Vous ne comprenez pas vos erreurs ! Saint Paul lui même vous le dit:

    11 Revêtez l’équipement de Dieu pour le combat, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du démon.

    12 Car nous ne luttons pas contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres qui dominent le monde, les esprits du mal qui sont au-dessus de nous.

    13 Pour cela, prenez l’équipement de Dieu pour le combat ; ainsi, quand viendra le jour du malheur, vous pourrez tout mettre en oeuvre pour résister et tenir debout.

    14 Tenez donc, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,

    15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,

    Il n’y a là point de combat, d’ailleurs, il n’y a pas d’ennemi. Vous ne luttez pas contre des hommes, vous luttez contre des idées, contre la tentation, contre le mal en vous. Et pour cela vous vous revêtez d’une armure de foi, brandissez en écu, la parole de Dieu, l’Évangile, la bonne nouvelle ! Quel rapport entre ça et la manif pour tous ? Aucun. Vous parlez de dignité ? Aller défiler en rose dans les odeurs de merguez, et les chants stupides, mené par une décolorée en marcel n’a rien de digne. C’est même atrocement vulgaire.

    Ensuite, mettez vous d’accord, cessez de n’entendre que ce qui vous plaît -et là je m’adresse aux commentateurs royalistes qui encensent Jeanne d’Arc (oui, il faut encenser Jeanne d’Arc, sinon elle laisse une affreuse odeur de graillon derrière elle, c’est odieux). Vous ne pouvez criez « vive le roi ! » sous un article qui se plaint du despotisme des gouvernants actuels ! C’est complètement absurde !

    Quant à la décadence de notre société, je vous laisse relire Sade pour me dire si l’abject a attendu le 20e siècle.

    J’attends avec avidité vos réflexes hargneux

    Pierre Tombal (vous me trouverez sous ce nom sur facebook)

  9. Petit en-cas avant le déluge!
    18 juin 2013

    Au fait, Pierrot, à part votre prose sur la page des autres, où pouvons-nous trouver votre travail sur la toile?

    • Pierre Tombal
      19 juin 2013

      Nulle part. Passons sur la vacuité de l’argument dit du « tais-toi-d’abord-si-tu-fais-pas-mieux », vil adage de la médiocrité, prétendant qu’il faut savoir jouer mozart pour ne pas l’aimer, écrire des livres pour se permettre des réflexion de style, et donc, publier ses états d’âme pour critiquer ceux des autres.
      Non, vous ne trouverez pas de recueil de mes pensées. D’abord parce qu’en vrai critique je ne m’épanouie que dans la destruction des arguments des autres, ensuite parce que mon élitisme répugne à abandonner à tout-va la manne de mes intuitions, de peur de trouver, non pas des contradicteurs mais pire, des imbéciles d’accord avec moi pour des raisons débiles (vous les connaissez. Ce sont ceux qui arguent des choses du genre « Quand on vois certains dégénérés cathos élevés par des hétéros, on se dit que les homos ne peuvent que faire mieux ». Ne riez pas, ça existe, j’en ai vu) et enfin parce que je ne crois pas un instant aux vertus du débat. Pour toutes ces raisons, je garde mes pensées pour moi, me satisfaisant de les avoir et ne cherchant pas à en convaincre autrui. Vous remarquerez d’ailleurs que dans ma précédente prose, je ne donne aucun argument positif, je ne fais que relever incohérences et maladresses dans un discours facile.
      Mais si ce que je pense vous intéresse tant, je vous en prie, questionnez moi ! Vous verrez qu’étant pourtant un jeune de 20 ans, français de racines, de souche, de branches et de feuilles, je suis cultivé, d’une intelligence jugée respectable, rompu aux mystères de la foi catholique, consommateur modéré et responsable. Ma dépolitisation est un choix pleinement politique et je ne vote pas justement par conscience citoyenne. Je représente donc une alternative à l’extrémisme de notre bien aimée auteur numérique, montrant qu’il existe une jeunesse autre que la masse grouillante des téléspectateurs de secret story qui ne tombe pas forcément dans la facilité des l’excès impétueux de la jeunesse nationaliste qui s’éveille ces jours-ci.

      • Mathieu
        19 juin 2013

        Avec une grossière volonté de vous faire remarquer, vous vous épanchez stylistiquement sur les possibles incohérences de l’auteur de ce blog, possibles car non prouvées, hormis le fait que ce soit une jeune adolescente (une adolescente majeure au vue des informations passées sur twitter), ce qui semble être aussi votre cas.
        Non, aucun argument théoriques sur les éléments de réflexions apportés par Victoire De Chateaubriand, mais un crachat venimeux qui se cache derrière les mots. Vous dites qu’elle n’apporte aucune réflexions personnelles ? Lisez donc cet article et éructez plutôt sur le contenu que sur la forme, sur les causes défendues que sur la personne.
        Quant à la « salade des réflexions d’autrui », ne nous sommes donc tous pas inspirés de la réflexion des autres, enrichit par leur pensées ? Qui prétendrait le contraire, hormis le prétentieux? Et si la jeune-fille juge intéressant d’introduire les réflexions des autres, c’est sans doute parce qu’elle adhère à leurs discours, et lui semble pertinent de les faire figurer ! Manqueriez-vous d’acuité intellectuelle? Il est vrai qu’il y a un travail journalistique parallèle à un travail de réflexion que l’on retrouve dans plusieurs de ces articles.
        Mais encore une fois, vous vous trompez de sujet. Votre blablatage est vain, vide, creux. Aucune pertinence et justesse dans vos propos, un mélange vulgaire entre la critique facile et l’ignorance enfoui sous vos paroles inintéressantes et inutiles. Vous attendez des réponses hargneuses, j’attends des éléments théoriques sur les faits et questionnements avancés, ici étant la Chute du monde par une décadence globalisée. Qu’avez-vous à nous dire sur ce sujet? Et pas d’aboiements, un vrai discours, une vraie réflexion, de vrais questionnements philosophiques.

      • Petit en-cas avant le déluge!
        19 juin 2013

        Pour toutes ces raisons, je garde mes pensées pour moi Ahhh

        je vous en prie, questionnez moi ! Ohh

  10. Pierre Tombal
    19 juin 2013

    « Il n’y a là point de combat, d’ailleurs, il n’y a pas d’ennemi. Vous ne luttez pas contre des hommes, vous luttez contre des idées, contre la tentation, contre le mal en vous. Et pour cela vous vous revêtez d’une armure de foi, brandissez en écu, la parole de Dieu, l’Évangile, la bonne nouvelle ! Quel rapport entre ça et la manif pour tous ? Aucun. Vous parlez de dignité ? Aller défiler en rose dans les odeurs de merguez, et les chants stupides, mené par une décolorée en marcel n’a rien de digne. C’est même atrocement vulgaire.

    Ensuite, mettez vous d’accord, cessez de n’entendre que ce qui vous plaît -et là je m’adresse aux commentateurs royalistes qui encensent Jeanne d’Arc (oui, il faut encenser Jeanne d’Arc, sinon elle laisse une affreuse odeur de graillon derrière elle, c’est odieux). Vous ne pouvez criez « vive le roi ! » sous un article qui se plaint du despotisme des gouvernants actuels ! C’est complètement absurde !

    Quant à la décadence de notre société, je vous laisse relire Sade pour me dire si l’abject a attendu le 20e siècle. »

    Voilà substantivement trois faiblesses d’argumentation prouvées et mises en avant. Je remarque également que la soi-disant décadence de notre société, (estompement des genres, désengagement de la jeunesse, religion en berne) est une théorie que l’on retrouve sporadiquement depuis le début du siècle dernier, des ligues d’extrême droite à Jean-Marie Lepen. Pourtant le monde ne choit pas. Il n’a à vrai dire que très peu changé puisque l’homme qui le peuple n’a que très peu changé. Et les vieux se plaignent toujours que les jeunes ne respectent plus rien. Rien de neuf, rien d’intéressant, des lieux communs. Toutes la documentation qui l’enrobe n’y change rien: ce discours est d’une platitude de comptoir. Qu’il soit tenu par une jeune fille (un peu plus qu’une jeune adolescente tout de même), n’est qu’une curiosité conjoncturelle qui doit s’expliquée par l’éducation de celle-ci..

  11. Pierre Tombal
    19 juin 2013

    s’expliquer*

  12. Saint-Sulpice
    19 juin 2013

    @ Pierre Tombal,

    Ainsi donc les sépulcres parlent à présent ?

    Voilà un signe des temps des plus surprenants, à moins que nous soyons en présence des conséquences fâcheuses consécutives aux retombées nocives du rayonnement radioactif en nos contrées ?

    Mais au fond peu importe, le fait est que votre marbre est loquace, faute de mieux, hélas.

    Vous campez d’ailleurs excellemment le rôle d’une tombe bavarde ; on en connaissait pourtant, parmi les cimetières sous la lune, de plus dignes, des hiératiques et des silencieuses dans ces lieux où reposent les âmes endormies, de plus austères également, et de surtout de plus édifiantes pour tout dire, inspirant le respect, évoquant la sérénité des domaines invisibles où les défuntes âmes, goûtent, pour l’éternité, aux joies des réalités célestes.

    Avec vous quelle déception !

    Vous voilà investi, par on ne sait trop quelle mandat dont vous auriez reçu l’ordre mystérieux, dans le rôle d’une tombe persifleuse, venant crachouiller ses médiocres conseils inutiles de désenchanté à notre jeune hôtesse, qui témoigne, avec l’enthousiasme que lui confèrent ses jeunes années, d’engagements, de révoltes généreuses et d’espérances pour le futur d’un pays dont elle admire l’histoire, souhaitant que son futur soit à la hauteur des siècles qui nous précédèrent.

    Mais que reçoit-elle en retour de votre part, antique sépulture ?

    De l’ironie gratuite, et des conseils grinçants en forme de nettoyant acide ou de liniment oléo-calcaire, produit pour décaper les vieilles pierres abîmées par les âges, minéraux usés n’en finissant plus de se décomposer dans les lieux où les cadavres ont été dévorés par la vermine.

    Nul ne vous reprochera de rappeler que la lutte du jour est engagée, comme depuis la révolte des anges, contre les puissances spirituelles, ceci tout chrétien le sait.

    Mais pourquoi donc en profiter pour glisser derrière cet avis paulinien relativement pertinent, votre poison de sépulcre blanchi ?

    Laissez donc ceux qui le souhaitent faire l’apprentissage du combat, y compris au milieu des blondasses décolorées en marcel, des slogans stupides et des odeurs de merguez. La Providence, si vous y croyez, saura très vite pourvoir, en ses dons infiniment supérieurs à notre petite sagesse mondaine, à l’édification de ces élans contre-révolutionnaires.

    Voyez-vous tombe raisonneuse comme une cavité creuse et béante qui, pour justifier la décadence contemporaine venez ridiculement, et indécemment d’ailleurs en ces pages, évoquer Sade – épiphénomène de démence littéraire bien isolé en son siècle – les discours des momies enfermées dans leurs sarcophages, n’ont jamais servi à rien d’autre qu’à instruire les morts.

    Or, il y a dans cette génération, apprenez-le, beaucoup qui attendent autre chose de la vie, qui croient à la puissance de la Justice divine….et ils ont raison, comme le résuma si bien le grand théoricien de la contre-révolution : « Parce que les hommes sont sortis des voies primitivement tracées par Dieu à leur action, Dieu, dont le plan doit aboutir avec ou sans nous, pour ou contre nous, ramène nos volontés coupables à son ferme dessein par les souples initiatives de sa rédemption.» (J. de Maistre, Les délais de la Justice divine).

    A vous entendre me reviennent donc en mémoire ces lignes qui vous définissent à ravir : « C’est un sépulcre ouvert que son gosier ; il a frauduleusement usé de sa langue ; il y a du venin d’aspic sous ses lèvres… » (Romains 3:13).

    Quant à notre jeune Victoire, qu’elle garde pour elle ce solennel conseil : «Laisse les morts ensevelir leurs morts ; mais toi, va et annonce le royaume de Dieu. » (Luc 9:60)

    Saint-Sulpice

    • Le Blan
      20 juin 2013

      Merci à l’ article de Saint Sulpice ,

       » il mit sur les yeux de l’ aveugle de la boue et lui demanda de se laver  »

      Et l’ aveugle vit !!!

  13. Pierre Tombal
    20 juin 2013

    Voilà un homme, enfin, que je prendrais plaisir à lire plus souvent si le coeur lui en dit: Vous êtes d’une acuité à faire rougir d’envie les plus savants docteurs !

    J’accepte volontiers votre juste critique, bien que je ne sois pas le triste sire que vous dépeigniez. Je ne cherche pas à nuire à notre jeune Victoire, je cherche à la tirer de la médiocrité, où la jeunesse la maintien dans l’illusion de la révolte. Je n’ai pas de perfidie envers les croyants, j’en aime même certains, et non en dépit de, mais grâce à leur foi, qui est pure et intègre, immaculée de la colère vengeresse de ceux pour qui le christ n’est guère qu’une tradition qu’ils refusent de voir disparaître. Je crois que si tu aimes le Christ, peu t’importe que les églises soient parfois changée en mosquée car il est faux de penser que l’Islam et l’Eglise (et ici, la majuscule se justifie) sont en guerre. Le Christ vit en toi, et non dans ses églises
    Il faut aussi se défaire de l’idée que nous vivons dans une société « judeo chrétienne ». Nous vivons dans une société Romaine, avant tout, et le choc des cultures occidentale et orientale, s’il existe, n’est pas un choc religieux. Il ne faut pas tomber dans le piège tendu par l’extrémisme Islamique, qui est avant tout une organisation politique, et qui déplace, pour rendre irréfutable, ses revendications politiques vers des sphères religieuses.

    Il est faux également de croire en cette décadence qui semble tant inquiéter. Cette peur de la chute n’est qu’un réflexe adolescent à la découverte du monde tel qu’il est. Les années passent et passeront, écumant la fange, et ne restera que ce qui le mérite.

    Non, je n’aime pas son engagement, comme je n’aime pas les certitudes apprises et les indignations faciles. Oui j’encourage tout le monde à aimer la France, car c’est un beau pays, mais à l’aimer humblement, sans cette fierté indue des pithécanthropes militarisés qui aiment défendre les murs au bas desquels ils pissent.

    « C´est vrai qu´ils sont plaisants tous ces petits villages
    Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
    Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
    Ils n´ont qu´un seul point faible et c´est être habités
    Et c´est être habités par des gens qui regardent
    Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
    La race des chauvins, des porteurs de cocardes
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    C´est pas un lieu commun celui de leur connaissance
    Ils plaignent de tout cœur les petits malchanceux
    Les petits maladroits qui n´eurent pas la présence
    La présence d´esprit de voir le jour chez eux
    Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
    Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
    Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part »

    Vous pourriez être grande ma chère Victoire, si vous vous éloigniez des pensées des petits. Il ne s’agit pas de cynisme, il s’agit de désillusion. C’est en se défaisant des illusions que l’on peut s’émerveiller de l’enchantement du monde.

    Il ne me reste plus qu’à saluer le seul Juste de cette page. Mon cher Saint-Sulpice, désolé de n’avoir votre sage patience pour ma génération. Je souffre parfois, aussi, de l’impétuosité de la jeunesse, et m’exaspère de voir mes pairs ne pas grandir.

    Bien à vous,

    • Le Blan
      20 juin 2013

      Pierre , votre prose est délicieuse à lire , tant vous maniez avec merveille , le sujet et le verbe !!!

      J’ y dénote cependant , avec regret , ce royal , hautin et souverain mépris pour ce qui n’ est pas vous même .

      La fierté élève l’ âme , l’ orgueil l’ ensevelit ,
      Vous valez plus que ça !

      Bon courage pour vous dépasser vous même ,
      vous en seriez plus positif et constructif !!!

      • Pierre Tombal
        24 juin 2013

        Il est faux de croire que je méprise ceux qui pensent autrement que moi. La preuve en est que je ne suis ni croyant ni pratiquant, et que j’ai pourtant dans mes amis des prêtres, des missionnaires et toutes sortes de fidèles aux confessions les plus diverses.
        Non, ce qui me hérisse, c’est la cécité délibérée. Cet aveuglement haineux, cette fierté apprise. On ne peut, si on y réfléchi, être fier d’être français, comme on ne peut en avoir honte. Les seuls personnes qui peuvent en être fières, sont celles qui ont passé avec succès les tests de naturalisation, et qui ont « gagné » leur nationalité. Mais moi, ou Victoire, comme je le soupçonne, qui sommes nés français, ne pouvons en tirer aucune fierté, puisque ce n’est pas de notre fait.
        Oh certes nous pouvons nous sentir tenant d’un héritage, encore faut il le définir cet héritage. Passé le vin, le fromage et la langue on peine à trouver un héritage français cohérent. Peut on se réclamer à la fois de Jaurès et saluer au 14 juillet nos forces d’intimidation massives ? Peut on aimer Céline et Sartre pour leurs idées ? Peut on suivre à la fois Jeanne d’Arc et Jules Ferry ? Même l’Etat peine aujourd’hui à assumer son historique continuité…
        Donc oui, je méprise un peu le discours tenu ici. Vide, haineux incohérent. Je ne suis pas pacifiste, je suis d’ailleurs un grand haïsseur. Mais la haine pour être belle doit être juste, et celle-ci n’est qu’infantile. C’est un caprice que cette colère d’adolescent. Comme le groupe de jeunes filles qui, sans le savoir, a choisi un nom significatif, Victoire est une Antigone: elle veut tout, tout de suite, intransigeante, inconsciente. Le débat ne l’intéresse pas, et s’il faut mourir, elle mourra en martyr, bien heureuse.
        Je lui souhaite de vivre longtemps pour ne pas pouvoir tenir ses engagements. Je lui souhaite de se contredire, de bafouiller, de se perdre, de chuter, pour enfin être sage.

  14. En passant
    20 juin 2013

    Fort avec les faibles! Faible avec les forts!

  15. Jean-Charles DDN.
    25 juillet 2013

    Bel article, tel au « mal du siècle » des romantiques… bravo!

  16. MPD.
    20 août 2013

    La destruction des Eglises en Egypte me fait penser à votre article! Une juste vision de notre monde! Prions pour les chrétiens d’Egypte !!

Exprimez-vous en postant un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Inspiration musicale

Evasion poétique

Espérance française

Discussions animées

%d blogueurs aiment cette page :